Adopte un Alter Ego – Le Retour – Partie 3 86


Bongeourre à tous, désolé pour le retard, mais contrairement à moi, mes collaboratrices Pauline et Claire ont une VIE (la honte), du coup il n’a pas été facile de se concerter pour ce chapitre, mais tout vient à point qui sait attendre, nous revoilà !

Ce chapitre est la suite directe de Adopte Un Alter Ego Partie 1, Partie 2, Le Retour et Le Retour Partie 2 donc si vous avez raté une de ces parties, ça sera plus dur à suivre.

Bon, après si vous avez la flemme, voici un petit résumé : Wiwi (c’est moi) a rencontré Eleonore. Ils ont passé un week-end un peu fifou sous picole, et, bien que fasciné par cette demoiselle, le Wiwi n’a rien osé tenter. Ils conviennent de se revoir…

Enjoy ! (et lâchez vos com’s)

 

AdopteAlter301 AdopteAlter302 AdopteAlter303 AdopteAlter304 AdopteAlter305 AdopteAlter306 AdopteAlter307 AdopteAlter308 AdopteAlter309 AdopteAlter310

 

Lâche tes com's ! (avec Facebook, trop 2.0 le blog.)

comments


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

86 commentaires sur “Adopte un Alter Ego – Le Retour – Partie 3

  • Julien

    Bonsoir à toi Wiwi,
    Il y a ici de très belles phrases qui m’ont beaucoup touché.
    Ecrire dans un journal t’aide-t-il à avancer, à te remettre en question ? Ou simplement à mettre sur papier ce que tu ressens ?
    Cordialement

    • Partenaires Particulières Auteur du billet

      J’écris dans mon journal de façon assez irrégulière, il s’agit comme tu dis de mettre à plat ce que je ressens (écrire aide à mes yeux à avoir une pensée plus construite, si on la laisse dans sa tête ça se barre un peu en sucette), mais aussi à ne pas oublier. Ca permet de figer un instant (qu’il soit agréable ou désagréable), et de pouvoir s’y replonger quand on en a besoin.

      Si je n’avais pas écrit dans ce journal, ce blog n’existerait pas, car j’aurais oublié pas mal de détails intéressants de ces histoires.

  • Unemeuflogique

    Tu aurai dû lui dire que  »tu l’aimais » espèce de con. C’est pas après avoir mangé ton sandwich que tu te dis que t’avais faim.

  • Unemeuflogique

    Pour être plus polie, tu devrai vraiment suivre une thérapie ou un truc du genre pour apprendre à dire aux meufs que tu les aime. Je t’aime c’est pas difficile à dire, c’est difficile à assumer. Les râteaux tu te les prends de ta faute, par ta communication digne de celle d’une huître! Alors bouge ton boule poilu la

      • Anouck.

        Ouais, je suis d’accord. Trop de fille se dise ( et moi la première ) :  » Je ne vais pas lui dire. Si il m’aime il me le dira. Moi j’ose pas.  »
        Et sur le moment on ne pense pas au fait qu’un homme puisse être timide aussi.
        Si seulement on avait le courage, fille ou garçon, de dire ce que l’on ressent, ça serait tellement plus simple !

        Sinon, super chapitre, toujours bien écrit ^-^’

        • LeLapinRoseDu59

          Parfois ça mène à rien… ma dernière histoire s’est passée comme ça: on était bien ensemble, il avait l’air amoureux de moi… et puis j’ai eu la folie de lui dire que je l’aimais… et à partir de ce moment là, plus rien n’a été comme avant: je l’ai senti s’éloigner. Une bonne semaine plus tard, il m’a dit que le fait que je lui dise ça l’a refroidi, ça l’a fait réfléchir et que, finalement, c’était trop tôt pour lui de s’engager sérieusement de nouveau. Fin.

          Moralité: j’ai appris la leçon, je ne dirai plus jamais « je t’aime » la première! ^^’

      • Lab-Gomar

        Le problème vient selon moi d’une mauvaise image des garçons. A force de jouer les hommes viriles, soûlés par le romantisme et les sentiments, quand une fille en ressent elle préfère les cacher qu’oser les dire, car trop souvent cela fait fuire le mec… Il faut arrêter de faire passer les hommes qui assument leurs sentiments pour ridicule, parce qu’on tourne en rond : eux les fuits, les filles les cachent… Triste vie.

    • Nowkoala

      marrant ton commentaire… c’est pas si simple pour certaines personnes. mon copain était pareil, il parle pas, ne dis pas ces sentiments et ça il ne sait pas pourquoi. j’ai rien dit et est laissé faire. après tout s’il est avec moi c’est qu’il ressent quelque chose. et un jour, j’étais malade, grippe de la mort, il s’occupait de moi et c’est la qu’il m’a dit je t’aime. de manière gratos, après un an et demi de relation (ouais quand même ^^)
      les « je t’aime » n’ont aucune valeurs quand on les demande, qu’on les attends trop, que l’on force la personne à le dire, ça ne sera qu’à demi sincère.
      ça se débloquera forcément un jour, quand une nana comprendra que les mots n’ont pas forcément plus d’importance que les gestes.

  • Julie

    Say Cho la fin. Merci pour ce chapitre avant tes vacances !

    Au fur et à mesure de la lecture de ce chapitre, j’ai comme l’impression que cette relation devenait un peu destructrice. Peut-être que ces actes manqués sont finalement un mal pour un bien Wiwi !

  • SandroSaar

    putain, mais je le savais !! rien qu’en lisant les premières lignes de cette partie, je sais pas pourquoi, mais je savais que ça allait finir comme ça
    c’est ça le plus triste en fait

    et vu que là je sais pas quoi dire car c’est mon premier commentaire sur ce blog, je vais dire « merci pour l’histoire bien narrée et tout lol »
    j’ai hâte pour la prochaine partie

  • Soph

    Trop cool ! J’ai attendu cette suite pendant longtemps, et elle est juste geniale. Bon, c’est quand même un peu triste que tu sois paralysé comme ça, pour tenter quoi que ce soit. Maaaaais, c’est aussi ce qui d’un côté fait ton charme.
    Mais vraiment super cool, comme toujours !

    • Partenaires Particulières Auteur du billet

      Merci ! J’avais un peu peur qu’avec la longue attente après le chapitre précédent, cette fin vous décoive… j’suis rassuré 🙂

  • Rondelle

    Première fois que j’en ai vraiment la larme à l’oeil, ça rappelle des souvenirs étrangement similaires et ça les décrit de façon vraiment juste. Très bien écrit ça Wiwi. Et oui elle le savait, elle le savent toujours.

  • Ambre

    Ok, alors, ce passage avec les « comme si », il est merveilleux. Je ne suis pas trop pour la niaiserie en général, mais là c’est magnifique, et même moi que ça ne concerne absolument pas, ça me retourne le cœur. Alors, si tu le lui avais dit, à elle… Je pense qu’elle aurait été toute tienne. Et c’est dommage. C’est bien dommage. C’est tellement dommage. Mais arrête de croire que c’est forcément de TA faute, que c’est TOI qui as raté les occasions. Parce qu’elle aurait pu le faire aussi. Parce que ce n’est pas forcément à l’homme de faire le premier pas ; elle aurait pu t’embrasser, elle pouvait très bien le faire, et elle ne l’a pas fait. Si elle t’aimait et si elle voulait finir avec toi, elle est « fautive » aussi, vous l’êtes tous les deux. Est-ce qu’elle savait que tu l’aimais ? Je pense que oui, au fond d’elle, elle le savait, mais tu sais, même quand on le voit, il y a toujours ce doute au fond de nous, et regarde, tu l’avais aussi ce doute : est-ce que ce sont des histoires que l’on se raconte, ou est-ce que la personne nous aime vraiment ? Et je pense que cette question a été le frein de votre relation, comme elle est celui de beaucoup d’autres. Je te laisse sur mes nombreuses réflexions, à bientôt Wiwi, et bon courage dans tes illusions et désillusions sentimentales.

    • Partenaires Particulières Auteur du billet

      Merci pour le passage sur les « comme si »; je le trouve pas très élégant et avec des phrases un peu bancales, mais je l’ai laissé tel quel parce qu’il y avait une recherche du « vrai » plutôt qu’une recherche du beau.

      Après oui, je mets un peu toute la relation sur mes épaules alors que ça se vit à deux et que si je lui plaisais vraiment, elle pouvait aussi clairement prendre des initiatives; mais je ne peux m’empêcher de penser que mon attitude un peu cheloue est un frein pour les autres. Pas mal de filles m’ont dit après coup qu’elles étaient persuadées que je les intéressais pas à cause de mon manque de signaux clairs.

      Merci pour ce joli commentaire, à bientôt !

  • Jujo

    Wow… je sais même pas quoi dire, j’ai envie de dire quelque chose mais j’arrive pas à faire de phrase constructive dans ma tête.
    Tu écris bien, je suis émue et triste à la fois

  • Mr.Rominou

    Putain mais mec..je te jure on va finir par t’étriper ! Heureusement que c’était y’a un moment parce que là ta communauté t’aurait braqué au fusil.
    Mais c’est pas croyable quand même hein..il te manque une case c’est pas possible 🙁
    Comme toujours la narration est excellente, les illustrations délicieuses mais l’histoire..grrrr

    J’espère que c’est passé ET HISTOIRE SUIVANTE

  • Jo'

    Franchement, je n’ai absolument pas de mots pour décrire mon ressentit face à cette instant que l’on pourra considérer facilement comme une bonne grosse claque. On en ressort avec un goût de cendre, de tristesse, de mélancolie…Les adjectifs sont bien peu de chose face aux sentiments et dans ce récit tu nous en as fait vivre des sentiments. En passant pour l’attente, la surexcitation, la frustration, le bonheur, l’envie, l’espoir, le désespoir, enfin toute la gamme comme on dit. On a vraiment l’impression de vivre cette histoire personnellement, à travers toi, en étant toi, ne serait-ce qu’un instant. Dans les premières parties du récit, on sent bien qu’il y a un truc louche, une couille, mais tout cela est balayé par ta perception de l’histoire qui semble ne pas vouloir le voir, dommage!(pour toi).
    L’attente entre chaque partie a été insoutenable, avec tes cliffhanger diaboliques mais surtout l’attente d’en savoir plus, rançon des bons récits.
    Je pense également être sensible tout particulièrement à ton histoire de part cette incapacité a sauter le pas, avouer ses sentiments, se jeter à l’eau quoi ! ; p
    De plus, je ne pense pas, comme beaucoup d’autre ! Que la raison, la situation d’échec de cette relation, de par son aboutissement funeste, sois entièrement de ta faute. En effet elle pouvait également faire le premier pas ! Te donner un signe concret, tangible tel qu’un baisé, un sourire bien placé, au tout simplement des mots, de simples mots aurait pu changer votre vie…
    Trêve de bavardage, pour ce qui est du texte, il est franchement pas mal, tu t’améliore Wiwi et les illustrations sont toujours au top, jouant leurs rôles à la perfection, nous plongeant encore plus dans ta perception du monde qui t’entoure.

    Merci pour cet instant de vie fort banal et fort remarquable à la fois.
    Merci Wiwi
    Jo’

    • Partenaires Particulières Auteur du billet

      Woah, ça c’est du commentaire, merci ! Je suis le premier surpris de voir qu’on peut ressentir de telles choses en lisant ce que j’écris, c’est plutôt cool. J’étais moi-même assez ému en écrivant ce chapitre, mais j’ai toujours un peu peur de ne pas réussir à bien communiquer mon ressenti de l’instant. D’après ce que tu me dis, c’est réussi (pour toi tout du moins), donc ça soulage.

      Pour ce qui est du « à qui la faute », j’ai répondu un peu dans un autre commentaire, tu y jetteras un œil.

      Merci d’avoir pris le temps de me faire part de tes impressions, à bientôt pour de nouvelles tranches banales au goût de cendre 😉

  • Sarah

    Ok, donc je me retrouve beaucoup dans la partie journal intime … Ca doit être un défaut des profs d’anglais que d’être nuls dans le relationnel

  • Simon

    Tu dois la recontacter, lui dire que t’as chié dans la colle et que comme un gosse de 10 ans tu tapais parce que tu ne savais comment dire je t’aime ! L’amour c’est compliqué seulement vu de près, en vérité c’est simple, tout ou rien! Mieux vaut un vrai « non je ne t’aime pas » qu’un je t’aime inavoué dans l’humour !

  • Margaux Do

    J’vais peut être avoir une réaction « pas normale », « peu banale » ou je ne sais comment qualifier cela, mais, ça me parle, un peu trop cette histoire, et cette chute, est venue « comme un cheveu sur la soupe ». Peut être que vous étiez juste faits pour rester sur le fil comme tu l’indiquais dans ton journal intime … (j’pense d’ailleurs sauvegarder ce bout de papier …)
    Pour le « je t’aime », il y a Solange, c’est une bonne thérapie, j’essaie, même si c’est un peu compliqué … https://www.youtube.com/watch?v=pIls4gwSWOY
    zoubi m’sieur ! aha

  • Pouick

    Je me suis demandé pourquoi j’avais lu toutes tes histoires quand j’ai découvert ton site. Mais en lisant cette dernière histoire, ça me paraît évident comme un éléphant dans un village de Schtroumpfs : tu es mon équivalent au masculin. C’est carrément flippant.

    Bon, je ne m’emballe pas vite, contrairement à toi, mais les occasions manquées, tout ça… et les fins en queue de poisson, je masterise.

    J’aimerais pouvoir te dire qu’en prenant de l’âge, on y arrive mieux… Vraiment, j’aimerais.

    So long.

  • Blublublu

    D’habitude je m’écoute une petite musique en lisant chaque épisode. Bon bah là je déconseille fortement d’écouter First Light de Brian Eno en lisant la fin de ce texte, à moins de souhaiter tomber dans une profonde dépression (même si d’un côté, ça sublime un peu le truc).

      • Blublublu

        Ravi d’avoir enrichi ta culture musicale, même si ça reste une maigre compensation face à ce que toi, tu m’as fait découvrir (P. Auster, Klub des Loosers, la sauce Thiefaine, toussa…).

  • Jade

    C’est trop beau… Franchement j’aime énormément ta façon d’écrire, j’ai eu l’impression de lire un roman et pourtant non, tout ceci n’est pas fictif mais bien réel. C’est super de partager des moments de ta vie de cette façon, surtout que tu nous touche d’une manière ou d’une autre. On se reconnait un peu parfois dans tes histoires (même si des fois c’est vraiment des trucs de dingues qui n’arrivent qu’à toi hein). En tout cas, dommage que ce soit fini ainsi, mais les actes manqués font aussi de nous les personnes que nous sommes aujourd’hui. Tout ça pour dire que j’ai adoré te lire !

    • Partenaires Particulières Auteur du billet

      Merci c’est très gentil ! Les compliments sur ma façon d’écrire me font plaisir, mais je dois avouer que j’essaie juste de retranscrire mon fil de pensée, il n’y a pas de recherche de la phrase qui claque, mais plus de la phrase qui exprime le mieux mon ressenti. Parfois, j’ai un peu honte des tournures que j’emploie. Mais bon, si ça vous rebute pas c’est plutôt cool.

      • Jade

        Je pense que c’est ça qui marche en fait, c’est honnête et du coup ça touche. Franchement n’ai pas honte de tes tournures de phrases parce que tout est très bien comme ça. 🙂

  • Merce'

    On dirait que tu as refait une Amélie Poulain wiwi, alors que pourtant tu sais qu’il faut que tu arrêtes d’être aussi passif. Tu es spectateur d’une pièce où tu es le protagoniste et tu entends le metteur en scène qui te rappel ton rôle et te dis de te ressaisir, mais malgré cela tu fais la sourde oreille… Alors forcément l’histoire coupe court avec une fin regrettable.
    Et c’est très frustrant de te lire car on se dit « Non, il va pas refaire la même erreur… Nooon… NOOOOOOON !!! » Eh bah si.
    Je te comprends car tu es quelqu’un de timide, réservé et qui a du mal à montrer ses sentiments mais parfois il faut vraiment se forcer car c’est important de montrer le bien que l’on pense des autres, de montrer qu’on les aime. Peut-être ne le fais-tu pas pour ne pas montrer ta sensibilité et ne pas être vulnérable mais il faut l’être avec certaines personnes surtout avec une personne avec qui tu semblais t’entendre si bien :/
    Surtout qu’elle t’a laissé un paquet de chances, ce qui prouve qu’elle tenait à toi. Tu « n’avais qu’à » lui dire toi ce que tu ressentais et ça aurait surement prit une meilleure tournure…

    Quel dommage car ce metteur en scène que tu entendais dont tu entendais hurler les instructions aux moments les plus importants voulait une belle fin pour le protagoniste.
    Mais c’est déjà la fin de l’acte…

  • juju

    Tout d’abord Bonjour wiwi, je suis avec assiduité tes déboires amoureux ainsi que tes posts sur fb, et pour tout te dire je ne suis pas du genre à réagir et commenter d’habitude. Je suis en quelque sorte membre de la communauté silencieuse du net, celle qui observe sans rien dire.
    Cette dernière publication me fait mal pour toi, mais sache ô combien je te comprends. La séduction compte pour la moitié dans la réalisation du bonheur amoureux , et je comprends que la faire durer est jouissif. Cependant toi, l’éternel timide, tu ne parviens pas à dépasser ce stade, d’où ce sentiment de frustration. J’imagine que tout cela s’est passé il y a longtemps, mais s’il reste de l’espoir, pourquoi ne pas coucher sur papier tout ce que tu ressens pour elle, en y mettant les formes, dans une lettre privée, quitte à arracher une page de ton journal intime même ? Fini les boutades et autres galligeades semblables à des piques et qui peuvent la blesser. Mets toi à nu (garde ton caleçon quand même), au moins tu ne seras plus hanté par ce sentiment d’innacompli.

    J’espère avoir été d’une quelconque aide. Nous avons tous droit au bonheur, il faut juste poser ses couilles sur le table, ouvrir sa carapace et se lancer. C’est un peu comme plonger dans le grand bain, le plus dur c’est le grand saut, après ca coule naturellement…

    • Partenaires Particulières Auteur du billet

      Bonjour, et merci d’avoir pris la peine de commenter. C’est pas mal, non, de lâcher un ptit commentaire de temps en temps ?

      Pour ce qui est de lui écrire une lettre etc, faut bien savoir que cette histoire a un peu plus de 2 ans maintenant, de l’eau a coulé sous les ponts, on a chacun vécu notre vie de notre côté, à un moment, il faut bien se rendre compte qu’il est trop tard ! C’est pas tragique, c’est juste ainsi.

  • Mimosart

    C’est super touchant , et c’est si con . Il faut toujours qu’il y en ait un qui fasse le premier pas ! ou alors tout va bien et personne ne veut déranger l’équilibre qui a mis autant de temps à se construire….
    En tout cas, j’aime la facon dont tu parles , William , c’est captivant ^^

  • Une gamine qui devrait dormir

    Je sens que ça va être très très TRÈS longtemps donc /!\ roman à venir /!\.
    Il est 3h00 du matin exactement, et heureusement que je suis en vacances, parce que sinon je me serais levée 4h plus tard avec une tête suffisamment laide pour tenter d’intégrer le casting de The Walking Dead. Il fait incroyablement chaud, et pourtant j’ai ma couette en laine, pour vainement me protéger de ce putain de moustique qui a apparemment décidé de littéralement me dévorer cette nuit. Fils de pute. Désolée pour les vulgarités, mais il était déjà là hier, et demain – enfin dans quelques heures – je me rends chez une amie et j’ai prévu de me mettre en robe, mais avec tous mes boutons ça va être absolument dé-gueu-lasse. Déjà que je n’aime pas trop me montrer – complexes d’adolescente oblige, TMTC – je vais y penser toute la journée.
    Mais bref, rentrons dans le vif du sujet.
    Comment suis-je arrivée sur ce site ? Et bien, je te suis sur Twitter depuis… Depuis pas très longtemps en fait, étant donné que mon compte ( LesMots_ , on sait jamais, si quelqu’un veut réagir à ce commentaire et me tweeter ) est plutôt récent. Aujourd’hui, je me suis lancée et j’ai cliqué sur le lien dans ta bio qui m’a menée ici.
    Et je ne le regrette pas.
    J’ai adoré pour plein de raisons… Je vais probablement toutes les énumérer, et ouais. Courage pour lire tout ça.
    J’ai 15 ans, en passant, et j’ai trouvé ça super de lire la vie d’un prof. Bon, bien sûr, tu es beaucoup plus qu’un prof, tu as toute ta vie à côté de ton métier, toussa toussa, et j’y reviendrais après… Mais justement, nous les élèves – enfin, en tout cas, moi – on a tendance à oublier que les profs ont une vie, eux aussi. On ne les voit que sous un seul aspect, celui de l’enseignant qui détient l’autorité – ce qu’on doit absolument contester, évidemment, car nous sommes en plein dans cette période qu’on appelle communément l’âge bête – et qui veut nous voir plus bas que terre. Alors que c’est tout le contraire, et que, logiquement, quand on est prof, c’est justement pour apporter des choses aux élèves. Donc voilà, j’espère qu’il y a plein d’autres gamins de mon âge qui te lisent, histoire que ça nous ouvre les yeux à tous.
    Ensuite, au point de vue juste humain et normal, c’est super aussi. J’aime bien toutes ces relations qui te lient aux filles que tu rencontres, et j’imagine que ça doit refléter le quotidien de beaucoup de gens, et ça c’est toujours cool quand les lecteurs se reconnaissent dans l’histoire. Ces filles avec qui tu échanges sont toutes assez différentes, donc ça représente plein de femmes, plein de personnalités. Et j’aime bien ta caractérisation. On est loin d’être pareils, mais il n’empêche que je ne peux pas m’empêcher de trouver quelques similitudes… J’ai envisagé de devenir prof d’anglais, ça ne peut être qu’un signe, non ? Bon, j’arrête d’essayer d’être drôle, c’est lamentable. Et puis il ne fait pas vraiment partie des points communs que j’ai remarqués.
    Les deux histoires que j’ai le plus appréciés sont celle avec Chloé et celle avec Eleanore. Celle avec Chloé est très touchante, enfin comment tu la décris, parce que vous avez besoin de savoir que vous n’êtes pas trop loin l’un de l’autre, en gros, de connaître mutuellement vos existences un minimum – si j’ai bien compris – mais d’un autre côté vous n’arrivez pas à être assez proches pour fonder un « vrai truc ». Je m’exprime un peu n’importe comment, là. Mais passons. Et j’ai aimé celle avec Eléonore, parce que ça pourrait vraiment marcher, et pourtant non. Tous les éléments sont là, c’est ton idéal… Mais non. Ça représente vraiment la vie. Il y a des choses qui devraient se passer, qui relèvent de l’évidence, ça crève les yeux… Mais non, tout cafouille.
    /!\ Je recommence à raconter ma vie à partir de là, donc il n’est pas forcément nécessaire de continuer à lire /!\
    Je vis cette période tumultueuse qu’est l’adolescence. Mais sans la vivre. Moi, c’est relativement calme en fait. Il y a tout le monde autour de moi qui vit ces grands bouleversements, mes copines sortent avec des garçons, j’en ai une son copain à quatre ans de plus qu’elle, toussa toussa, faut l’annoncer aux parents et tout le tralalas… À la cantine, ça parle de vernis, acteurs et nouveaux téléphones – bon j’exagère un peu. Ou pas. Et puis il y a moi qui est travaillée par des questions très importantes « Pourquoi des personnages aussi géniaux que Hugo, Rimbaud et Oscar Wilde n’ont pas acquis l’immortalité de leur vivant pour pouvoir me parler ? », vous voyez le genre. (Oui, si vous lisez tout ce blabla, ça a un sens, ça vient, c’est promis) Tout ça pour dire que je vois les gens tomber amoureux et essayer des choses et je me dis « Et pourquoi pas moi alors ? » Alors je m’intéresse à des personnes, je discute – enfin j’essaye. J’ai bien trouvé des personnes avec qui j’aurais adoré sortir, qui me correspondent vraiment et qui sont géniales mais… À chaque fois, le garçon représente mon idéal, je me sens très bien… Et ça ne mène nulle part. Même pas de déclaration de ma part ou quoique ce soit, on parle et c’est tout. Fin. Vous me direz, je suis jeune et ce n’est certainement pas à cet âge que je vais trouver l’amour de ma vie, j’en suis consciente… Mais malgré ça, je trouve que c’est assez pour que je me retrouve dans l’histoire avec Eléonore.
    Et oui, j’ai écrit tout ce gros pavé inutile juste pour arriver à cette conclusion. Désolée, je suis du genre bavarde.
    Je vais maintenant juste rajouter que les dessins et la mise en page sont vraiment parfaites, que cela va très bien avec le ton des récits… Donc votre petite équipe, là, elle gère la fougère !
    Bon sur ce, ça fait déjà plus de quarante minutes que j’écris et j’ai les yeux qui se ferment tous seuls… Il est grand temps que j’aille dormir.
    J’ai hâte de lire la suite, et je vous promets que si jamais je reposte un commentaire, il ne sera pas aussi long, ennuyeux et éreintant que celui-là !

        • Musculus

          J’ai lu plus chiant pour plus cher !
          Tant que j’y suis, un conseil pour les jeunes pour qu’ils ne fassent pas la même erreur que moi: les moustiques ne voient pas (ou très mal) la lumière. Tout ce qu’ils sentent, c’est ta respiration. Si tu allumes ta lampe, que tu restes allongé et que t’attends, il se montrera tout seul à son désavantage.
          Bon été !

    • Partenaires Particulières Auteur du billet

      Bonsoir et merci pour ton commentaire aussi long que touchant ! Ca me fait très bizarre qu’une ado de 15 ans puisse me lire et se retrouver dans ce que je raconte ! J’me dis qu’à ton âge j’étais un peu teubé et que ça me serait passé bien au-dessus… T’as l’air d’avoir pas mal de recul vis-à-vis de ce que tu vis, ce que tu vois et ce que tu ressens, ce qui est quand même ultra cool (bon ok dans les faits t’as juste l’impression de te poser 1000 fois plus de questions que tes potes qui semblent vivre leur vie à la cool sans trop y réfléchir, soit. Grandir aux côtés Rimbaud et Oscar Wilde c’est grandir bien accompagnée, quand même.)

      A ton âge ouais je commençais tout juste mon histoire avec Chloé (dans ma tête, donc, pendant la seconde), et il m’a fallu des années pour que tout ça ait un sens. Nul doute que ça sera pareil de ton côté, ça sert à rien de vouloir précipiter les événements ou se forcer à vouloir ressentir des trucs pour faire comme les autres : c’est le meilleur moyen de vivre un truc un peu pourri qu’on regrette. Un jour, t’aura cette fameuse « évidence » dont tu parles, et là tu sauras que c’est pas pour faire semblant. Spoiler : ça sera déstabilisant mais tellement cool.

      Merci encore pour cette petite tranche de vie et pour les compliments, keep it up !

      W.

  • WhoopsyNessie

    Ce chapitre m’a fait penser à « I Know It’s Over » de The Smiths. (Allez comme je suis sympa je mets un lien pour les bons gros flemmards qui me liront (et que ça intéressera (c’est-à-dire à peu près personne lol) ) : https://www.youtube.com/watch?v=bAJ_74tDZzU )
    Enfin surtout à cette partie de la chanson :

    « I know it’s over
    And it never really began
    But in my heart it was so real
    And you even spoke to me and said:

    « If you’re so funny
    Then why are you on your own tonight?
    And if you’re so clever
    Then why are you on your own tonight?
    If you’re so very entertaining
    Then why are you on your own tonight?
    If you’re so very good looking
    Why do you sleep alone tonight?
    I know because tonight is just like any other night
    That’s why you’re on your own tonight
    With your triumphs and your charms
    While they are in each other’s arms »  »

    Enfin voilà, c’était encore un bien chouette chapitre. Le travail de l’illustratrice et celui de Wiwi sont vraiment complémentaires, c’est ce qui fait tout le charme de ce blog. Et big up à celle qui fait la mise en page, nous ne t’oublions pas !
    Merci à vous tous !

    • Partenaires Particulières Auteur du billet

      Merci c’est gentil 🙂 Cette histoire a 2 ans, j’ai eu le temps de digérer, héhé. Mais oui c’était assez fort et déprimant sur le moment. Un jour je retournerai dans le passé pour me dire que ça va aller.

  • Aurore

    Waouh… J’sais pas trop comment dire, j’ai lu l’intégralité du blog ou j’ai ris à en pleurer et puis là ça se termine et je pleurs tout court sans rigoler, c’est dur, mais on ressent tellement le vrai là-dedans et puis c’est beau en plus ce que vous écrivez, j’espère qu’il y aura d’autres histoires, une avec une belle fin surtout, une fin où vous êtes heureux 🙂

  • UneGrenouilleJaune

    Ah ouais d’accord ! Pas super positif, je m’attendais à ce que ça tourne bien en fait :p
    Bon du coup j’attends impatiemment la partie 4. Parce que c’est pas fini hein ?

    Hein ?

  • Camille

    C’est la première fois que je commente ici, j’attends mon cocktail de bienvenue. Ma parole (j’ai envie de dire « azy » parce que je le dis tout le temps, sauf que je sens que je vais être accusée de plagiat), tu tombes que tu des meufs chiantes toi… C’est pas possible d’être comme ça, de limite tendre des perches et après de rembarrer bien sèchement. Pfff.

    Sinon, je voulais savoir si le truc des « time capsule » c’était sponsorisé par l’éduc nat, parce que j’y ai aussi eu droit en cours d’anglais cette année. Sauf que c’était dans le supérieur, prof avec une grosse beubar aussi, si ça se trouve c’était toi, azy le truc de dingue (j’ai pas résisté…).

    Voilà voilà.

    • Partenaires Particulières Auteur du billet

      Aha, pour la time capsule ça fait en effet partie des « sujets type » qu’on peut rencontrer régulièrement, tout comme les droits civiques, le port des armes, etc.

      • Camille

        Ah oui sûrement…
        Cette année le prof avait trouvé un truc assez stylé pour nous faire bosser : on se mettait en binôme et on choisissait un Ted Talk qu’on montrait à la classe, et après on faisait un genre de débat sur le sujet pendant 1h, ça nous faisait parler et c’était bien stylé. Et mine de rien, ça permet de s’entraîner à la compréhension des différents accents!
        Bref j’arrête là parce que c’est carrément pas le sujet en fait.
        J’attends avec impatience la suite de tes aventures, surtout sur BonJmeCasse parce que c’est assez rigolo à lire!

  • Camille

    Il est deux heures trente et j’achève mon énième relecture de Partenaires Particulières, avec comme fond sonore un énorme orage. Le tonnerre, la pluie, la nuit, rendent tes récits encore plus profonds et décuplent le sens des mots. Ta façon de les manier est vraiment touchante et m’émeut beaucoup. C’est bizarre de dire ça, mais même ta maladresse est belle. Du haut de mes dix-huit ans et de mon expérience limitée de l’amour, je me régale de tes histoires. Fichtre, peut-on tomber amoureux des mots ?
    Et si on peut voter pour notre-nos partenaire-s particulière-s préférée-s, je donne ma voix à l’Artiste et l’Alter-ego !
    Merci pour ces belles histoires et bon courage dans ta quête de l’amour ! 😉
    [Au fait, je suis en pleine lecture de bonjmecasse et, même si c’est d’un tout autre registre, j’adore aussi !]

  • Akane

    Je trouve pas cette histoire triste moi.. C’est beau, l’amour contrarié, p’tit côté Roméo et Juliette 2.0, toussa. Nan franchement, c’est poétique cette relation qui s’éteint parce que les deux parties n’étaient peut-être pas assez prêtes pour vivre ce tourbillon. Mieux vaut-il pas un amour fort qui se meurt pour protéger sa pureté, plutôt qu’une illusion d’histoire gâchée par les ressentiments et les expériences passées ? Enfin en tout cas, dans ma tête c’est trop filozofik et tout, genre je pleure des larmes de sang tellement c’est beau c’que je dis.

    Néanmoins, les articles sont über top, la narration + les illustrations ça colle impecc, vivement les prochains !

  • Morray

    Je relis ton -joli- texte et je me sens bizarrement beaucoup plus concerné. Sans doute aurais-je du y prêter plus d’attention la première fois que je l’ai parcouru, à sa sortie, puisque entre temps il m’est arrivé exactement la même histoire. Une fille de ma fac qui me plaisait énormément. Brillante, les mêmes centres d’intérêts, pleins de points communs, des discussions toujours intéressantes…
    Un premier RDV au ciné. Au Gaumont Parnasse aussi, c’est marrant. Echec total alors que ça s’annonçait très bien. J’ai le droit à: « Tu me plais pas », « On se reverra à la rentrée ». Pourtant, elle me reparle, on rediscute comme avant. Jamais elle n’évoque à nouveau notre premier clash. Elle finit par me donner un second rendez-vous un mois plus tard. Je propose un verre, elle redemande un ciné. Je n’ai rien tenté. J’attendais un signe d’elle, quelque chose, mais je n’ai rien senti, donc je n’ai pas eu le courage.
    En sortant, je finis par réevoquer la dispute de la dernière fois. Énorme connerie je présume. Et là, bim dans ma face : « J’avais été claire la dernière fois » (également sur le fait qu’elle ne voulait pas me revoir…), « il ne se passera jamais rien entre nous ». Elle m’achève en me disant que je suis « immature » et que je lui ai fait « perdre son temps ». Que je l’ai « harcelée ». Que j’aurais du comprendre seul qu’il n’y avait pas moyen. Je n’ai rien su répondre sur le coup, tant j’étais atterré. Entendre ça de la bouche de celle que tu aimes (facile à écrire, tellement dur à dire), c’est vraiment pas plaisant.
    Bref, sur cette passionnante histoire, je tenais à te remercier de partager tes histoires. C’est la seule fois où j’ai pu trouver un équivalent à cette histoire; tant dans le déroulement que dans l’état d’esprit. Les regrets, l’envie de revenir en arrière… J’espère que ça s’estompe avec le temps !

  • Tam

    Ça faisais très longtemps qu’un texte ne m’avais pas mis les larmes aux yeux. Je crois qu’on connais tous se genre de douleur et c’est aussi ça qui rend tes histoires aussi belle, c’est que dans chacune, il y a aussi un petit peu de nous tous.
    Je n’ai qu’un mot à dire : Bravo

  • Plantecarnivore

    J’arrive certainement avec un peu de retard; tant pis!

    C’est marrant à quel point l’esprit de ce que tu écris me fait penser à Baudelaire; je suis certain qu’il y a largement moyen de contester ça, mais sachant qu’à mes yeux, c’est le meilleur, tu te doutes que c’est un compliment.

    Je te suis sur twitter (ouais, original hein?) depuis quelques temps déjà, et aujourd’hui, j’ai eu la motiv’, j’ai attaqué la lecture de ce blog.
    Bon. Ca m’a bouffé mon après-midi, ça va me bouffer ma soirée, mais tant pis. Y a franchement du vrai dans ce que tu nous montres, et ça, c’est beau. C’est pas niais, c’est pas cucu, rien, c’est juste profondément humain. A la fois c’est drôle, et en même temps c’est triste, et c’est beau, et ça, c’est ce qu’on aime. J’ai beaucoup aimé lire le récit de tes histoires avec ton amie d’enfance (Clara, si ma mémoire de poisson rouge ne part pas trop dans tous les sens), j’ai trouvé ça vachement candide, tout joli et tout. C’est assez intéressant le contraste entre l’humour « habituel » qui fait que t’as la côte sur les réseaux sociaux et cet espèce de résignation cynique que tu nous offres là (et dont, j’ai trouvé, on avait un aperçu sur le blog de ton voyage sur la Côte Ouest). Et puis, le fait que tu sois prof (les profs sont humains aussi; incroyable n’est-ce pas) ça accentue encore plus ce côté décalé qui renforce le côté lulz du bouzin.

    J’ai pas encore lu la suite, mais franchement, au vu de ce que j’ai lu ici, y a franchement moyen que tu trouves LA bonne.
    Voilà. Message peu utile, qui sera très certainement noyé dans la masse, mais c’est pas grave. Continue comme ça! Enfin non. Enfin, continue d’écrire comme ça, plutôt. Même si ces histoires paraissent compliquées, pas simple, y a moyen que ça parle à plein de gens raconté comme ça, avec des dessins et une mise en page aussi réussis; aussi bien quand comme moi t’as 16 ans que comme Hubert, 60 ans, qui va se rappeler en souriant ses propres déconvenues.

    Voilà. C’est tout. Bonsoir.

  • Wendy

    Il FAUT qu’elle voie ce billet (enfin les 5 billets qui la concernent en fait). C’est pas possibleeeeuh 2 handicapés de la communication pareils!! :'(

  • Young Matka

    Je suis en train de tout lire depuis hier. Mais non…. Mais non… MAIS NON.
    Mais putain, mais pourquoi tu rates tant de trucs, rageant car tant de regrets bordel de merde.
    En même temps, j’ai pas le courage moi non plus. Donc bon, je dis rien. Mais je l’ai dit.