Adopte Une Rose – Partie 4 67


Bongeourre. Ça fait un bail, on sait, mais le temps d’attente entre le chapitre précédent et celui-ci était totalement VOLONTAIRE : il s’agissait de vous faire ressentir cette frustration, cette attente terrible avant de retrouver Flore. Vous avez attendu un peu plus d’un mois, mais dans la réalité, c’était 4 longs mois.

Bref, sans plus attendre, je vous propose de lire ce chapitre. Pour ceux qui débarquent pour la première fois sur ce blog, vous DEVEZ lire les parties 1, 2 et 3 de cette histoire pour en comprendre les enjeux.

Comme d’habitude, n’hésitez pas à poster un commentaire ici ou sur notre page Facebook, vous lire est notre petite récompense à chaque publication de chapitre.

Bonne lecture à vous tous.

aurose401 aurose402 aurose403 aurose404 aurose405 aurose406 aurose407 aurose408 aurose409 aurose410 aurose411 aurose412 aurose413 aurose414 aurose415

aurose416

Lâche tes com's ! (avec Facebook, trop 2.0 le blog.)

comments


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

67 commentaires sur “Adopte Une Rose – Partie 4

  • Wilelm

    Oh. C’est vachement triste comme fin…
    Sans vouloir faire le psy ou le mec qui a tout vu et tout fait.
    Les gens deviennent presque toujours ce qu’ils pensent être au fond d’eux. Peut être qu’une part de toi s’est convaincue que tu es incapable d’assumer une relation?
    Par ailleurs tu as l’air cultivé et ce que tu écris est toujours touchant d’une manière ou d’une autre. Si tu te convaincs intimement que tu es un auteur fantastique par exemple, c’est ce que tu seras et le reste en découlera. Fais toi confiance 🙂

  • alice

    aaaw 🙁 comme quoi la réalité rejoint d’un coup la fiction
    cet épisode est merveilleusement bien écrit, une grande claque dans la gueule
    juste deux questions : est ce que vous êtes malgré tout toujours en contact? Votre rupture date d’il y a combien de temps?

  • une lectrice

    Chapitre à couper le souffre. J’en ressors un sentiment ambivalent : on s’en doutait, mais on est déçu qu’une fois de plus, la boucle soit bouclée.
    Ton blog apporte de la couleur dans nos vies (et dans la tienne?), et c’est toujours un plaisir de le lire, mais un plaisir à double tranchant : on se sent proche de toi, tout en ayant mal de faire (une petite) partie pour ce chapitre, d’une des raisons d’une nouvelle déception amoureuse.
    Bonne continuation, que ce soit sur ce blog, ou non. une follower

  • Cocoleclown

    Je comprends. J’ai un regard similaire sur moi, pas nécessairement pour les mêmes raisons.
    J’ai merdé récemment aussi. Par peur de perdre quelqu’un et de lui être routinier et insuffisant, je suis devenu ultra routinier et insuffisant et ça a fini par se terminer dans la tristesse la plus totale.
    J’ai voulu écrire pour exorciser, mais quelque chose ne passe pas tant le fait de me sentir vidé comme tu le pointes justement, et insipide aussi, m’ôte même de l’intérêt pour ce mode d’expression.
    J’avais aussi ce même ressenti et espérance de pansement qui me ferait entier . On ne peut pas dire que ça ait marché non plus. En revanche j’ai quand même perdu un bout de moi au final de cette histoire, ce qui est donc paradoxal.
    Je suppute qu’on doit se faire entier soit même et pas l’attendre de quelqu’un. Je suppose aussi que le fait de se sentir vide et insipide dans son quotidien dénote bien du fait que ce n’est peut-être simplement pas le bon.

    Bref, je cause parce qu’après t’avoir suivi autant, tu m’fais l’effet d’un bon pote.
    Sans ça, bonne continuation dans ce que tu vas entreprendre et puisses-tu y trouver une forme de bonheur.
    De mon côté je me formalise sur le fait qu’un romantisme comme celui dont tu as fait preuve fait espérer des relations qui sont hélas impossible, donc rendra les gens comme toi, ou moi avec des subtilités différentes, alheureux.
    Pire encore, entaché par cette norme relationnelle facile que sont les rencontres actuelles, le fait de s’éclater à voir du monde en « cherchant » explicitement quelqu’un ou même enchaîner des plans culs, ça génère une purée émotionnelle dans le fond assez crade, et ça aussi ça rend malheureux.
    Bref, bon courage, je compatis et ne t’aurais pas espéré cette fin.

  • Cordelia

    Magnifiques dessins (et mise en page ofc), ils mettent bien en valeur le tragique de cette histoire, de cette vie en fait.
    Bon courage, bonne continuation… <3

  • La Nébuleuse

    Eh bien William, c’est très difficile d’écrire quoi que ce soit après ça sans être dans le trop.
    Pour une fois, il y a beaucoup moins ce côté ptit adulte rigolo qui raconte ces petites histoires d’amour avec de l’humour et un recul assez visible.
    Là, c’est clairement plus « toi », et puis… Tu utilises le présent dans tous tes publis, mais c’est sûrement dans cet article que je te sens réellement présent, comme si tu étais vraiment en train de me dire ça, en direct, à quelques centimètres de moi.

    Je voulais aussi te dire que je suis une adolescente de 14 ans et que je te lis depuis quelques mois. J’imagine que tu représentes pour beaucoup un espèce de personnage gentil mais à qui on ne voudrait pas ressembler.
    Étonnamment j’arrive à tirer profit de tout ce que tu racontes avec tes deux personnages (Wiwi/Prof), parce qu’au delà du fait que tu racontes juste ton quotidien avec ton petit trait d’humour et ton anonyme légendaire, tu restes un type qu’on connaît à peine et qui se livre par moment avec une jolie plume et une poésie romantique un peu jaunie.
    Le fait que tu arrives à avoir tant de recul sur tout ça, que tu ris de toutes ces relations est admirables.
    Encore plus dans cet article, où pour une fois les mots sont plus réels et vécus (parce que sûrement encore présent).

    Je n’avais jamais écrit de commentaires ici, mais si il y a quelque chose que j’aimerais beaucoup c’est pouvoir te (vous ? Il faudrait vouvoyer un inconnu. Mais à la fois, l’es-tu encore pour tes lecteurs quand tu livres tout ça ?) parler, un jour.

    Bref.
    Ce commentaire a pas vraiment de sens, mais merci à toi pour tout ça,
    A la revoyure,
    Une lectrice de 14 ans (ouais j’insiste sur mon âge pour essayer de prouver que je suis mature et tout ça. Mais c’est pas tellement le cas, mais il faut me laisser croire. S’il vous plaît.)

    PS : Si j’étais une de tes élèves, je te promets que je t’aurais fait la belle vie. REGRETTE BIEN.
    (Je peux faire la blague sur le fait que je quitte le collège l’année prochaine quand tu y restes pour encore une semi-eternité ? AHAH.)

  • L

    En tant que suiveur assidu de Monsieur le Prof et de Partenaires Particulières, je serais même pas triste que tu nous abandonnes sans scrupule pour enfin vivre.
    Je serais plutôt content, en fait.

  • Virginie

    Nooooooon , je vais manger un pot de ben and Jerry’s en ton nom…
    Tu as tué ma soirée, je vais me consoler devant « sprout a craqué son slip » avec mes filles (pour te dire mon désespoir)

  • Amalthée

    « Phénomène rare, artificiel et tardif, l’amour ne peut s’épanouir que dans des conditions mentales spéciales rarement réunies, en tout point opposées à la liberté de moeurs qui caractérise l’époque moderne. Véronique avait connu trop de discothèques et d’amants; un tel mode de vie appauvrit l »être humain, lui infligeant des dommages parfois graves et irréversibles. l’amour, comme innocence et comme capacité d’illusion, comme aptitude à résumer l’ensemble de l’autre sexe à un seul être aimé, résiste rarement à une année de vagabondage sexuel… jamais à deux. En réalité, les expériences sexuelles successives, accumulées au cours de l’adolescence minent et détruisent rapidement toute possibilité de projection d’ordre sentimental et romanesque ; progressivement, et en fait assez vite, on devient aussi capable d’amour qu’un vieux torchon.  »

    Cette citation de Houellebecq m’a fait penser à ton histoire. (désolée, c’est pas vraiment réjouissant comme lecture x) )
    En tout cas ton blog m’a un peu émue, je croyais vraiment à cette histoire qui permettrait à l’amour de triompher à la fin. Mais bon, le blog n’est pas fini. Je te souhaite plein de bonnes choses en tout cas 🙂

  • Anonyme

    C’est bien la première fois que je commente un récit de ce blog ou d’un blog tout simplement, mais comment faire autrement quand cette histoire t’a à ce point ému ?
    Quand tu t’es enfin dit que William que que tu lis régulièrement va enfin trouver l’amour, un amour beau et romantique comme il l’a rêvé, comme il l’a avoué, alors que les méchants stéréotypes voudraient qu’un garçon ne puisse pas être romantique et penser encore à cette fille qu’il a connu à 18 ans ?
    Quand tu lis ces mots, tellement beaux et tellement forts, tellement poète maudit et tellement romantiques.
    Quand tu comprends qu’il se sente épuisé d’aimer avec autant de force, parce qu’il est un indécrottable romantique.
    Quand tu as l’impression de le connaître, même si tu n’arrives pas à le cerner dans tous ses posts.
    Quand tu aurais envie de lui dire que tout ira bien, qu’un jour il réussira à dépasser les limites qu’il se met lui-même et qu’on se met tous.
    Tu ne peux t’empêcher d’écrire pour te dire, William inconnu et pourtant si proche, que tu écris d’une façon magnifique et que tu es le poète maudit dont on rêvé les filles.
    Keep going, William, you’ll find your soulmate.

  • Aude

    Moh quelle histoire. Encore une fois bien écrit et mise en dessin. C’est con qu’elle ait pas compris ton besoin d’écrire ton vécu. Peut être une rencontre au mauvais moment.

  • Abc

    Très beau chapitre, que ce soit l’écriture, les dessins ou la mise en page.
    Mais bon sang, BOUGE TOI WIWI !!!! Le succès de monsieur le prof et de ce site doivent sûrement t’aider, pouvoir t’exprimer sous couvert d’anonymat peut être une bonne thérapie. Mais il faut pas non plus s’enfermer dans le virtuel, vis ta vie !!! T’as l’air d’être un chouette gars alors libère toi et arrête de te morfondre sur tes expériences passées ou de jouer uniquement le prof rebelle ! Surtout que la vie se résume pas au boulot, parole de prof (de langue aussi)! Tu te fais bouffer par ton propre personnage !

    (si ça se trouve tout ça c’est du pipeau, de la fiction totale et on est tous bien cons avec nos commentaires sur une réalité qui n’existe pas, je doute toujours de la véracité du perso, mais tant pis je peux pas m’empêcher de te laisser ce commentaire)

  • Caelia

    C’est rafraîchissant, de te lire, même quand l’histoire est triste, on sent l’honnêteté dans les mots à chacun de tes récits (d’ailleurs, je les ai tous parcouru en une nuit, l’autre jour. Mon sommeil en a pâti, mais j’étais plongée dans la découverte de tes histoires de cœur. Je me demande si ce n’était pas du voyeurisme, d’ailleurs, ça y ressemble un peu). Tout sonne juste, on voit bien que rien n’est feint là-dedans, et c’est agréable, cette peinture de la réalité. J’aime te découvrir sous cet angle si différent de ce que tu laisses voir de toi sur Monsieur le prof, j’aime ce monde que tu décris, bien qu’il soit terni par les déceptions, j’aime te lire, tout simplement.
    Il fallait bien que je te le dise un jour.

  • Wilde

    Oh… Non… C’est tragique… Emouvant… Triste… Infiniment troublant. J’ai sincèrement espéré que tu trouves enfin cette personne, et j’y crois toujours mais là tu nous as offert un texte sensible, beaucoup plus personnel, intime. Tes autres histoires étaient droles car presque improbables ! Mais là… Bravo. Bravo pour ce style que tu as lorsque tu écris…
    Je te « suis » également sur Twitter, et à vrai dire j’ai l’impression d’avoir deux personnes face à moi: Le prof, un peu sadique mais attachant et l’autre, le vrai, l’homme gentil (trop?), romantique (trop?) et profondément attachant… J’ai également l’impression, seulement maintenant, que tu n’arrives pas à avancer, une sorte de blocage finalement (sans vouloir passer pour une psy à deux balles)
    Je te lis depuis quelques temps maintenant et je ne m’en lasse pas… (par contre la compo attendra du coup) et je préfère CE Wiwi là.
    Tu me fais penser à un artiste incompris… Peut être maudit finalement… Ou simplement malchanceux…

    Délaisse nous peut être un temps, Facebook, Twitter, Partenaire Particulière et le jeu… Nous ne pourrons pas éternellement combler le vide que tu as; une femme (en chair et en os) oui

    A bientôt,
    Une élève

  • Oni

    Un magnifique chapitre comme toujours, tant pour l’histoire (TON histoire) que l’écriture et les dessins 😉
    Ce chapitre me rappelle vraiment ma situation actuelle, je crois que passer de relations en relations trop vite et trop souvent finit par détruire cette innocence qu’on a tous au début… On en ressort froids et distants, presque méthodiques dans nos rapports avec les gens, incapables de vraiment vivre le bonheur de l’autre.
    Je n’ai vraiment aucun conseil à donner puisque je ne sais même pas comment réagir. Se couper de toute relations pour un moment? Aucune idée.
    Simplement si tu trouves LA bonne personne, par pitié fais-la passer avant ce blog! On t’en voudras pas 🙂
    Bonne chance

  • Claire

    Bonsoir,
    Cela fait un mois que j’ai découvert ton blog et tout ce que je peux dire c’est que j’ai dévoré tes histoires. C’est à la fois drôle, intime et tellement sincère. J’aime aussi énormément ton compte Monsieur Le Prof, ces blagues cyniques, ces vérités ça fait parfois tellement du bien ! Mais la ce soir je lis ce chapitre que j’attendais avec impatience et je découvre une partie de toi qu’on ne soupçonne pas au premier abord ! Derrière ces blagues et cette apparente confiance en soi, on découvre quelqu’un capable de se livrer et de montrer que parfois l’amour n’est pas si simple…
    Je suis malheureuse de constater que cette histoire s’est conclue par une rupture pour une histoire de timing.. je souhaitais donc simplement te remercier et te souhaiter de rencontrer quelqu’un qui te fera oublier tout ce passé qui semble si lourd.

  • Laure

    Au lieu de raconter tes histoires de cœur, fais-nous la liste de tes courses comme ca plus de souci avec les prochaines !
    Sors de l’anonymat ! Un mec talentueux comme toi, ça va en choper d’la meuf !
    Joue la carte de la fatalité… C’était pas la bonne, la prochaine le sera peut-être ! Va de l’avant.
    Ton récit est tout de même très touchant !
    (Me suis permise de te tutoyer… Mon accouchement n’a rien d’exceptionnel finalement !)
    (Rajoute un 2eme bouquin sur la liste des pré-commandes steuplé !)

  • Camille

    C’est triste ! J’attends l’happy end la vraie, ca arrivera
    Et les illustrations sont de plus en plus réussies, elles posent l’ambiance de l’histoire, en apportant de l’humour par moment et de la profondeur comme ici !

  • debyoyo

    Bordel Wiwi, pourquoi tu as pas tout lacher, Msieur le prof, partenaire particulière, Twitter, facebook pour vivre un truc enfin vrai, même si il y a cette distance pendant quelques temps, POURQUOI, pourquoi toi qui a une plume incroyable, qui a pondu d’aussi beaux, intenses et parfois drôles chapitres, toi qui est à la recherche de l’amour, qui a pondu un bouquin rapide à lire mais tellement sympa avec un style, une pâte. William Lafleur, vous avez fait un fail de votre vie, les articles auraient pu continuer juste pour elle, pour lire cette plume et comprendre l’évolution.

    Tu adores les pays anglosaxons, pourquoi ne pas être parti là bas, devenir prof de français au Canada, faire le tour du monde, un super road trip à travers les USA avec elle. TU CHIES DANS LA COLLE, Dude, tu avais enfin réussi à trouver l’âme soeur, la personne qui acceptait ton côté gauche, ta tendresse, ta cagoule.
    T’abuse!!!!

    Quitte ton écran, quitte Pauline, Claire et Clémentine et va là rejoindre. Quitte ce monde pour vivre ce rêve ou au moins essayer de le réaliser, pour toi, ton bonheur et peut être pour que des gros cons comme toi ou moi qu’on se dise que ça n’arrive pas que dans les films. Ah quoi ça sert dans ce cas, autant se tirer une balle dans la tête tout de suite, Jusqu’au dernier chapitre on croit en quelque chose, Même si c’était pas Flore, peut être aurais tu rencontré Pauline et ça aurait été elle l’élu de ton coeur et là, non. On a l’impression que c’est fini, on est dans le présent et tu es toujours aussi malheureux. Je pensais que corriger les copies en une soirée c’était parce que c’était tellement bidon qu’en 1H le boulot était fait et que ton personnage de « Je me fais chier chez moi, je mange de la merde et j’ai pas de vie sociale » était justement un personnage qui au final à ce moment du présent dans partenaire particulière on aurait un truc, ça fait 3ans que l’on est en couple ou on se marie, j’ai mon premier gosse. BORDEL Je suis colère, colère que à cause d’une pseudo célébrité tu passes à côté d’une belle histoire, pour enseigner à des Kévins et des Lucas qui savent pas si il faut qu’ils prennent un stylo bleu ou noir pour écrire la date du jour.

    C’est nul comme attitude.

  • Claire

    Putain mais non ! Ça fait un certain temps que je suis ce blog et ce que tu publies (j’me permets de te tuyoyer hein, licence poétique) j’ai jamais rien dit mais là il faut se sortir les doigts
    C’est sur que c’est complexe comme situation, mais on a jamais dit que c’était simple d’être heureux. Si cette histoire est vraiment ce que tu racontes ici, c’est une erreur d’avoir laissé tomber et le plus dommage, c’est que tu le sais.
    Allez, un peu de courage, d’audace, de Shakespeare in love.

  • Mlle

    La prochaine fois à l’apéro ramène direct le dernier chapitre au lieu des cartes de visite. Bisoukeur.
    PS: J’attends la version papier et j’avouerai ptèt que je lis vraiment ce blog.
    PPS: Tu sais que tu peux compter sur nous à chaque fois que tu décides d’avoir un semblant d’existence, je ferai comme si je n’ai jamais lu cette histoire pour que tu me la racontes et on picolera à la vie.

  • naïck

    Elle est où la pétition pour fermer ce blog ??? Non, mais ! Je suis prête à pourrir le blog, pour qu’il ferme, et que le monsieur retourne voir la belle dame Flore !!! Faire le choix du blog à défaut de la fille. TSSSSS.. finalement la fille n’était pas si importante dans le cœur du monsieur, non ?

    Mais je sais bien qu’en répliquant malheureusement j’alimente les commentaires et donc le succès du blog GRRRR !

    (Néanmoins j’ai quand même adoré lire les histoires, cela m’a rappelé mes rencontres sur internet.)

  • Jujo

    Wow la fin coup de poing. J’avoue que j’y ai cru un peu au premier générique, j’étais là « oh ça se finit bien mais c’est super!! ». Et quelle dégringolade. C’est trop beau et trop triste à la fois, c’est frustrant.
    Je ne pense pas qu’il faille s’arrêter sur cette idée d’incompétence à entretenir une relation, les circonstances sont quand même particulières.

  • Julie

    Plusieurs questions me turlupinent après ce dernier épisode.
    As-tu des regrets par rapport à cette relation ? Des choses que tu aurais fait différemment ?
    Es-tu heureux aujourd’hui ? C’est en tout cas tout ce que je te souhaite !

    J’ai pris une claque dans cet épisode, tant on arrive à palper toutes tes émotions.
    Il est encore une fois, très bien écrit.
    Merci !

  • Anon

    Un peu le souffle coupé.. Ça n’a pas du être facile de sortir ce chapitre. Ce n’est plus du passé mais du présent. Je serais bien incapable de faire une introspection telle que tu nous la partages ici. C’est magnifiquement bien écrit. Les dessins sont justes.
    Beaucoup de gens se reconnaissent dans tes aventures, moi le premier. Et il y a cet onglet ouvert à coté, « Rencontre au superm… ». Je n’ai plus envie, j’ai ma dose, je suis repu sans même avoir mangé. Juste envie de m’endormir le cœur gros, à réfléchir sur ce que tu viens de me montrer, et à continuer de chercher ce que je ne trouve pas.
    Merci, vraiment.

  • Poichiche

    …alors je ne trouve pas ça beau du tout.
    La vie te laisse le choix entre fiction et réalité….entre le mec caché derrière son PC et le mec vivant qui aime une fille.
    Je suis profondément triste pour toi….a quand la vraie vie?
    Tant pis pour le blog, tant pis pour Facebook, Twitter et autre connerie derrière lesquels tu te réfugies, oublie tous ces outils qui ne font que détruire le vrai william.
    Je trouve affreux ce « c’est beau et c’est triste »… Non ce n’est pas beau…c’est la mort d’un homme….

  • Elisa

    Oh non. Je sais pas si c’est à cause de l’heure, du fait que mon réveil va sonner dans moins de 5h, de mon humeur du jour, ou de votre talent, mais j’ai pleuré.

  • Elodie

    Cette histoire est terriblement triste et terriblement belle à la fois. Cet amour qui dure malgré l’éloignement, le temps et la distance, ça fait rêver. Mais ça montre aussi que la vie abime même les plus jolies choses et les plus jolies âmes. J’espère qu’un jour tu arriveras au bout de ton blog (même si je me délecte de tes histoires), que tu y trouvera ce que tu cherche à travers les réseaux sociaux et le web. J’espère surtout que ton petit coeur se réparera et que tu seras prêt à aimer de nouveau, ce bel ange ou un autre. Parce que malgré ce que tu crois, ta vie ne peux pas être une succession de loose, tu es bien trop poétique pour ça!

  • Anna

    Arf. Je suis émue. J’ai tellement peur que ça me pende au nez, la tiédeur. En bon petit soldat, à chaque fois j’y vais, à chaque fois j’y crois. Je m’implique, je tressaute, je m’émeus, je tacchycarde, j’essaie la prudence alors que je ne sais pas faire. Je me casse la binette et les ventricules un peu plus salement à chaque fois. Et sans trop le vouloir, les écailles commencent doucement à pousser, l’instinct de survie me travaille au corps et gagne du terrain sur l’enthousiasme et une forme d’innocence. J’ai peur d’avoir bientôt peur. Fouque.
    Et en tous cas merci, c’est un peu triste mais ça ressemble à la vie 🙂

  • Adolescente égarée

    C’est moi ! Qui ça moi ? Mais oui, vous vous souvenez, l’ado étrange qui fait des romans au lieu de faire des commentaires ! Ah, on me dit dans l’oreillette que je n’ai marqué personne. Tant pis, ce n’est pas très grave.
    La seule fois où j’avais commenté a été la dernière, de toute façon. Je ne me souviens pas exactement de quand c’était, je me souviens que j’avais 15 ans… Le truc c’est que j’ai 16 ans que depuis 2 mois et quelques jours… Donc c’était peut-être il y a un an… Ou y’a 3 mois… Mais il me semble que c’était il y a vraiment longtemps, donc on va dire que ça fait 1 an.
    Il s’en passe des choses dans ta vie, dis donc. Des choses tristes, en plus. C’est ça, être adulte ? Eww, pas intéressée, retourner en maternelle m’a l’air d’être une bonne retraite stratégique pour échapper à tout ça. Dire que j’ai mon oral blanc à passer vendredi et que je me suis faite friendzonée samedi par le garçon dont je suis amoureuse mais que j’ai rencontré sur Tinder (me demandez pas pourquoi, je sais pas, mon inscription a duré 3 jours, on va dire que c’était l’ennui) et qui m’avait dit qu’il était amoureux de moi mais qui me sort samedi comme une fleur « Oui en fait j’ai des doutes, je suis dans une période de réflexion, j’essaye de savoir si j’ai de réels sentiments pour toi ou si c’est juste une amitié fusionnelle. » Ouch… Bref bref, rien que ça, pour moi c’est la fin du monde… ALORS L’ÂGE ADULTE ! MAIS JE VEUX FUIR CETTE CHOSE HORRIBLE !
    C’est que je m’égare. Je me souviens aussi que tu m’avais donnée plein de conseils après avoir lu mon 1er commentaire qui était plus une grosse litanie de lamentations qu’autre chose… Ben il me semble que j’ai essayé de les appliquer mais ça a pas trop marché. Mais vu ce que je lis, ce que tu tentes dans ta vie n’à pas l’air de marcher non plus :/
    Faut trouver de nouvelles stratégies là, ça craint.
    J’en viens enfin à ce que je voulais dire.
    Je trouve que le passage sur les raisons pourquoi tu écris Partenaires Particulières super intéressant, ça me fait penser à pourquoi moi j’écris sur mon propre site – enfin, site, lol, sur mon profil Wattpad plutôt. Je crois qu’on est plusieurs à trouver du réconfort via des projets pareils, via le virtuel… Et ça aussi, ça craint.
    Que rajouter… Ben comme d’hab l’écriture est agréable, les dessins vachement cool. Ce qui me chiffonne, ce sont les histoires en fait. Moi j’attends ton moment de bonheur final, ou je serais là devant mon écran « Ouais ! Il a trouvé LA fille ET il l’a gardée ! Victoire ! » Parce que là… Ça donne envie de jeter l’amour et les relations humaines à la poubelle. Déjà que je suis pas très optimiste…
    Peut-être que tu devrais lâcher ce site ? Enfin même si c’est génial à lire, je pense pas que nous lecteurs soyons contents de causer – en quelque sorte – ton malheur… Le jour où je n’aurais plus de petits mails annonçant une nouvelle histoire je m’imagine dire « Ah. Y’en a qui ont de la chance… Il s’est trouvé une vie, une vraie. Ça sera mon tour quand j’aurais moins la flemme de faire pareil. »
    En gros si je résume : J’AI GRAVE LE SEUM ! Je veux ma Happy End (et tu la veux aussi je pense).
    Au fait : c’est quoi cette histoire de relation étrange avec ton illustratrice ? J’ai loupé un épisode ou quoi ? Je veux savoir ça…

  • Bonnie

    Tout ce que tu as écrit est si vrai et sincère… L’ambivalence de raconter sa vie sur internet, tout cela te rattrape, sans que tu ne le veuilles vraiment. Tu racontes avec une telle sincérité, c’est touchant parce que tout ce que tu dis est réel.
    La fin est réellement triste.. En racontant toutes tes histoires de « loose », tu dis que tu as rattrapé le temps perdu, que tu as eu une « revanche » sur tes années d’avant (que tu trouvais pourries), soit, mais finalement cela s’est « retourné » contre toi. Tu as trouvé quelqu’un, quelqu’un de réellement important et indispensable à tes yeux, mais tu as toutes ces histoires que tu as écrites, toutes ces histoires entre vous, à la vue de tous, qui sont en ligne, que tu continues à publier, et qui, finalement, te vont vivre. Tu vis pour elles (ces histoires, ces rencontres), et je pense, que tu ne pourras pas concilier cette vie virtuelle, qui te prend un temps considérable, avec une vie de couple « normal » (mais qu’est-ce que la normalité?).
    J’ai lu presque tout tes posts sur ce blog et j’ai l’impression de te connaître, un peu, mais tout de même. Ce que tu racontes est toujours tellement sincère. En tant que lectrice, j’apprécie de lire ça, cette authenticité est géniale. Sauf que je préférerais que tu ne passes pas à côté de ta vie physique, celle pour laquelle tu te lèves tout les matins, tout ce que tu ressens en vrai, tout ce qu’il te reste à aimer, à partager . Je comprends quand Flore dit qu’elle pense n’être qu’une « follower » parmi d’autres. Finalement, tu ne mets pas assez de distance entre ta vie privée, et ce que tu acceptes de raconter sur les réseaux sociaux. Il n’y a pas de mystère et elle peut tout connaître de toi en lisant ton blog, ou pire, apprendre des choses qu’elle ne savait pas, via ce blog. Même en écrivant ce commentaire, je me permets de donner un avis sur ta vie, alors que je ne devrais même pas, alors qu’on pourrait me demander en quoi cela me regarde. Seulement, tout ce que tu dis, incite à répondre, à donner son avis, on a envie de t’aider, comme on aiderait un vieil ami. Je pense que si tu veux vivre ta vie, pleinement, tu ne pourras pas continuer un blog aussi intime, aussi personnel, aussi proche de toi. Il faudra que tu arrives à te détacher, à ne pas tout dire, à ne pas être si entier.

  • Nathan Ls

    Waw ! Depuis cette après-midi je lis l’intégrale de tes mésaventures. Au début, je lisais ça comme une fiction, une simple histoire et, au fil des rencontres, je me rends compte que ce sont des vrais moments de vie fait de hauts et de bas. Je suis plongée dans tes histoires, dans ton histoire, au fil des articles je passe d’hilare (Adopte un Punkachien) à joyeux (Adopte Des Boobs), et maintenant mélancolique. J’adore ta manière d’écrire, ce journal intime qui prend des allures d’aventures épiques d’une vie banale. J’ai hâte de lire les articles suivants ! Merci. 🙂

  • Richard

    … C’est beau. C’est triste mais c’est beau, c’est bien raconté. C’est vraiment joli. Beaucoup. Je sais pas pourquoi je dis ça, c’est assez rare que je dise ce que je pense d’une belle histoire que j’ai lu sur internet. Mais là, écoute… Ça fait quelques mois que je suis « monsieur le prof » et que je rie, que je me dis : « voilà un mec passionné, il a son monde et il est à sa place dedans » et maintenant, à l’occasion du message publié pour tes 100 000 abonnés, je découvre « partenaires particulières ». J’avoue, que j’ai pas encore tout lu, mais « Adopte Une Rose » m’a tellement ému que je ne pouvais pas ne pas te dire à quel point j’ai été ému que ce soit par les mots, les dessins ou les photos. Bref… C’est vrai que ce que tu écris est beau et je voulais que tu le saches. Voilà voilà, donc un grand WAW à toi et ton équipe.
    Un nouvel admirateur.

  • Al

    Mis à part le coup de poing dans le ventre que nous donne la fin du récit…c’est, de loin, la plus belle histoire de ce blog. Et je la trouve merveilleusement bien illustrée, chaque dessin m’a interpellée. Surtout « l’esprit fragmenté » représenté dans la partie 3 je crois, je suis restée bloquée dessus pendant 5 bonnes minutes avant de reprendre ma lecture.
    Garde cet esprit romantique qui te définit, même si tu penses perdre des bouts de coeur au fil du temps, même si tu merdes parfois comme tout être humain, je reste persuadée que c’est un bout de toi.

  • Ivich

    Wow… Merci pour ces sentiments que tu fais surgir à travers tes histoires : les larmes aux yeux au moment où tu l’embrasses enfin (et peut-être aussi parce que Medicine de Daughter dans mes oreilles complétait le tableau ; les tripes qui se tordent parce que les petits bouts de cœur arraché à mesure d’histoires foireuses bin oui… c’est ça… Parce que ça pourrait être mes mots aussi, bien sûr, parce que ça pourrait être les mots de personnes que je connais.
    Oh puis moi aussi je raconte mes histoires sur internet, pas très bien, mais ça m’a longtemps tenu plus à cœur de les raconter que de les vivre et alors comment faire si je n’avais plus rien à raconter ?

    Bonne continuation, et bravo

  • Mel

    Dommage d’avoir gâché cette histoire pour des followers que tu ne connais pas et qui ne t’apporteront jamais de bonheur direct, de soutien moral, de réconfort ou même d’amour. .. si triste.

  • g.pleuré

    Dur de trouver quoi que ce soit à dire, je… n’ai pas les mots. Je ne suis même pas certaine de savoir ce que j’aimerais exprimer.
    Je me sens un peu vide, là, je n’imagine même pas comment tu as dû te sentir toi, et elle non plus d’ailleurs.
    Je sais pas si c’est beau, ou horrible. En tout cas, c’est triste.
    Mais ne perd pas espoir. La route est longue, la vie n’est pas finie. Je suis sûre que tu trouveras le bonheur.

  • Elyrine

    J’aime cette histoire, vraiment. Pour sa sincérité, pour sa beauté, pour plein d’autre choses que je ne saurais définir. Et puis peut-être parce que je m’y retrouve un peu.
    Je sais à quel point c’est à la fois dur et libérateur d’écrire sur soi, à quel point ça fait autant mal quand on le fait que de bien quand c’est fini. A quel point c’est aussi égocentrique d’être centré sur soi-même que généreux de le partager, même sans vraiment savoir pourquoi. En se disant que peut-être, ça va plaire, que les gens pourraient aimer ou que ça pourrait les aider, et puis qu’au fond peu importe. En tout cas, c’est comme ça que moi je le vis.
    Et je vous remercie pour me l’avoir rappelé. Cette histoire est profondément belle, bien écrite, et je suis heureuse de l’avoir lue. C’est un témoignage bouleversant de par son honnêteté, et j’en garderai un souvenir ému. La fiction peut être splendide, mais la réalité a toujours ce parfum un peu plus fort, un peu plus touchant parce que plus vrai, sûrement.
    A bientôt, j’espère.
    Merci.

  • Tawuktita

    Un petit bijou ce blog. Passionnant de suivre cette évolution. Les premiers chapitres nous accrochent parce qu’on s’attend à une déferlante d’histoires de cul cocasses. On finit par suivre les histoires d’amour d’un type sentimental, un peu gauche, qui se livre totalement, qui nous tient en haleine d’un bout à l’autre. On rit et on souffre avec toi. Tu mets les bons mots là où beaucoup manquent d’éloquence pour les mêmes situations et c’est sûrement ça la force (et le désespoir) des poètes.
    Merci pour ces moments. keep going !

  • lock ness

    J’aime beaucoup ta façon d’écrire et puis ça me parle, c’est dur de se reconstruire après avoir vécu plusieurs échecs d’affilés, de croire et de se laisser aller à une histoire de couple… De toute façon le plus important en amour c’est de le vivre et de ne rien regretter, c’est comme le mojo, tu sais quand tu l’as, mais tu sais pas quand tu l’auras plus, alors quand tu l’as kiff ta race ^^ je te souhaite donc de retrouver le mojo un de ces jours et pour de bon peut-être !